L’Izostat, entre art et propagande

Publié le 14 juin 2023

De 1931 à 1934, l’équipe du Musée économique et social de Vienne (GWM) contribuait à la mise en place de l’Izostat (Institut de statistiques par l’image de la construction et de l’économie soviétiques) de Moscou en formant le personnel à la méthode Isotype. Cette initiative répondait à la volonté des dirigeants soviétiques de familiariser la population avec les statistiques. Si la démarche a permis à des artistes constructivistes d’ériger la visualisation de données sur affiches au rang d’un véritable art graphique, elle l’a aussi dévoyée et transformée en outil de propagande. L’Izostat est un parfait exemple de ce moment dans l’histoire de la datavisualisation.

par Nepthys Zwer
Historienne et contre-cartographe


Le système graphique de représentation de statistiques Isotype est précurseur du graphisme d’information d’aujourd’hui. À l’instar de la cartographie radicale, il assume cependant pleinement l’emploi politique de la connaissance ainsi constituée à partir de données fiables. Sur cette carte présentée par Otto Neurath au Congrès social et économique d’Amsterdam en 1931, on découvre que l’Europe, alors en pleine crise économique, investit 15 milliards de Mark en Amérique du Nord, 20 milliards en Amérique latine, 65 milliards dans les colonies d’Orient et 5 milliards en Asie de l’Est.

GWM, « Intrications financières internationales, prêts et emprunts intra-groupes », 1931. Chaque ligne représente 5 milliards de Mark d’investissement. Trad. N.Z.
Otto Neurath, « Das gegenwärtige Wachstum der Produktionskapazität der Welt » dans Mary L. Fleddérus, World social economic planning. The necessity for planned adjustment of productive capacity and standards of living, Den Haag, 1932.

En y regardant de plus près, on constate que seule l’Union soviétique n’investit dans aucun autre territoire, ni ne dépend d’investissements étrangers. Tous les autres États sont en situation d’interdépendance. Ce parti pris d’une mise en avant de l’indépendance de l’URSS correspond à la vision qu’a l’économiste Otto Neurath de la meilleure forme de gestion possible d’un pays : celle d’une économie planifiée et centralisée. Selon l’ingénieur social, le choix du capitalisme sauvage et du marché libre sont une erreur fatale pour l’humanité. Les succès que semble engranger l’URSS dans les années 1930 le confortent en ce sens et certaines productions Isotype du musée de Vienne, qu’il anime avec Marie Reidemeister (après 1941 : Marie Neurath), montrent à loisir la supériorité économique et sociale de l’expérience soviétique. En ces temps où la croyance en une inéluctabilité du capitalisme ne s’est pas encore généralisée, la jeune Union soviétique suscite l’intérêt jusqu’aux États-Unis [1].

GWM, « Dépenses publiques », 1930. Chaque cercle représente 4 % des dépenses publiques d’un pays : jaune pour les finances, ocre pour l’administration et la justice, gris pour l’éducation et l’Église, rouge pour le social (hors pensions des invalides et de leurs parents), noir pour les conséquences de la guerre (pensions, etc.) et réparations, bleu pour l’armée et la marine, vert pour l’économie.
Planche n° 64 de GWM, Gesellschaft und Wirtschaft. Bildstatistisches Elementarwerk. Produktionsformen. Gesellschaftsordnungen. Kulturstufen. Lebenshaltungen, Leipzig, Bibliographisches Institut, 1931.

Gouverner par la statistique et le faire savoir

Brochure expliquant le plan Beveridge, 1943.
Ronald Davison et Isotype, Social security. The story of British social progress and the Beveridge Plan, Londres, Harrap, 1943

Quelque soit le type de système économique adopté par un pays, la statistique, l’art de collecter des informations sur un État, a été progressivement intégrée aux politiques de gestion et a même fini par devenir un « outil de preuve » [2]. Lors de la crise capitaliste des années 1930, la nécessité d’une intervention de l’État dans la marche des économies nationales étant devenue indispensable, les campagnes nationales de communication vont tout naturellement utiliser des indicateurs économiques et des données statistiques simplifiées pour promouvoir et justifier les politiques publiques. La visualisation par des graphiques ou des cartogrammes connaît ainsi une belle envolée entre les deux guerres mondiales en Occident, comme en attestent les campagnes d’information du New Deal de Franklin Delano Roosevelt ou les brochures du gouvernement britannique vantant le projet social travailliste de l’économiste William Beveridge pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les bolchéviks au pouvoir s’intéressent d’emblée à ce mode de communication qui sert parfaitement leur conception d’une gestion scientifique de l’économie et s’avère un outil politique hors pairs.

Nous exigeons que l’apprentissage en matière de gestion de l’État soit fait par les ouvriers conscients et les soldats, et que l’on commence sans tarder, c’est-à-dire qu’on commence sans tarder à faire participer à cet apprentissage tous les travailleurs, tous les citoyens pauvres,

Jakow Guminer*, affiche « L’arithmétique d’un contre-plan industrialo-financier : 2 + 2 plus l’enthousiasme des travailleurs = 5 », 1931. Le régime encourage au surpassement des objectifs fixés par les plans quinquennaux successifs.

avait déclaré Lénine en 1917, lui qui voulait que « la première cuisinière venue » puisse apprendre à gérer l’État. Après sa mort, en 1922, Staline gardera ce cap et la publicité des plans quinquennaux soviétiques sera omniprésente.

Dans les kolkhozes et les fabriques, il est courant d’afficher des graphiques de statistiques louant les exploits des meilleurs sujets (et d’instaurer ainsi une concurrence entre les gens). Ces visuels sont réalisés sur place, mais les artistes aussi, notamment les constructivistes, mettent leur art au service de l’affiche politique, y intégrant des données chiffrées. Depuis le début des années 1920, de nombreuses affiches vantent donc les succès de la Nouvelle politique économique/NEP (1921-1928), puis, après la grand tournant stalinien de 1929, ceux du premier plan quinquennal.

Les affiches politiques soviétiques d’avant les années 1930 n’utilisent pas encore la méthode Isotype pour représenter des statistiques, soit la représentation des quantités par la répétition d’un pictogramme identique, et se contentent d’orner d’illustrations et de commentaires des graphiques de courbes ou de recourir à des symboles de tailles variables pour représenter des quantités. Ce n’est qu’à partir des années 1930 et avec la contribution de l’équipe de Vienne à l’Izostat, que l’Isotype se retrouvera dans les visualisations soviétiques de statistiques.

L’admiration d’Otto Neurath pour l’expérience soviétique et la généralisation de la visualisation de données statistiques à destination du grand public à ce moment précis expliquent qu’il engage le musée de Vienne dans l’aventure de l’Izostat.

 

Affiches des années 1920*, de gauche à droite : le pain n’est pas cher grâce à la NEP ; promotion du travail agraire ; l’Union soviétique marche du socialisme au communisme, « sous la conduite du grand conducteur, le camarade Staline »

La bonne méthode

La coopération du GWM avec le régime stalinien a été facilitée par deux organismes basés à Vienne, la Société pour les liens culturels de l’URSS avec l’étranger (VOKS) et la Société pour la promotion des relations intellectuelles et économiques avec l’URSS (ÖG), deux délégations russes qui œuvrent pour les échanges culturels depuis le milieu des années 1920, notamment par le biais de nombreuses expositions [3]. La méthode de la Bildstatistik (la statistique imagée qui deviendra plus tard l’Isotype) attire l’attention du Conseil des commissaires du peuple soviétique (Sovnarkom) et l’intérêt sincère d’Otto Neurath pour la « nouvelle Russie » rend envisageable une coopération bien que le régime soviétique rechigne alors de plus en plus à travailler avec les « socio-faschistes », i.e. les sociaux-démocrates.

Mannequin d’une paysanne-ouvrière réalisé par El Lissitzky, exposé à la Pressa*, 1928. Sur le visage, on peut lire la citation de Lénine : « Chaque cuisinière doit apprendre à diriger l’État ».

La méthode a également éveillé l’intérêt de Sophie et Lazar Lissitzky. En 1928, le couple passe des vacances en Autriche et s’arrête ensuite à Vienne. Il revient alors de la Pressa, la grande exposition internationale de la presse, de l’édition et de l’imprimerie qui s’est tenue à Cologne. El Lissitzky, en tant que commissaire du pavillon soviétique, a donné à l’exposition russe des formes révolutionnaires, qui lui valent des louanges unanimes. Il met ici son talent au service de la cause communiste, en laquelle il croit sincèrement, et il voit dans l’éducation des masses « la principale tâche de la presse » [4].

La visite des Lissitzky au musée de Vienne sera fructueuse. El Lissitzky, qui se consacre à cette époque à la typographie, a justement travaillé sur un livre d’images pour enfants à partir de lettres et de chiffres (qu’il ne finalisera pas). Le langage chiffré symbolique de la méthode viennoise semble faire écho à ses propres travaux typographiques. La renommée du GWM, qui diffuse sa méthode graphique depuis 1925, a alors déjà dépassé les frontières et éveillé la curiosité de l’ambassade soviétique à Vienne. Sophie Lissitzky note dans ses mémoires que la « statistique artistique » du GWM constitue pour son mari une véritable « découverte », « importante pour Moscou » et elle suggère que cette rencontre aurait contribué à la coopération entre le musée avec l’Izostat [5].
 

1931-1934 : la période viennoise de l’Izostat

Par un contrat signé fin 1931, l’équipe viennoise est tenue à un contingent annuel de 365 jours de présence en Union soviétique, dont soixante jours pour son directeur, Otto Neurath. Elle doit former des cadres de spécialistes qui développeront la méthode pour des musées, des expositions, des outils pédagogiques, des jeux, etc. et réaliser des supports visuels. Selon Otto Neurath, un décret du Conseil des commissaires du peuple de 1931 aurait obligé les services publics et les coopératives soviétiques à utiliser la méthode viennoise. En 1932, il fait lui-même la publicité de l’opération dans la presse :

La statistique est la base du plan économique […]. Dans aucun pays du monde la statistique ne joue un rôle aussi grand que dans l’Union soviétique. L’édification socialiste de l’Union soviétique apporte un accroissement des chiffres de la production, de la consommation et du travail culturel. Mais comprendre des rangées de chiffres, les comparer entre elles n’est pas l’affaire de tous. Comment est-ce qu’on peut intégrer l’essentiel au plus vite ? Comment est-ce qu’on peut apprendre sans y consacrer trop de temps ? Dans un décret cosigné par Lénine, il est déjà exigé que l’on montre des statistiques facilement compréhensibles sur les lieux publics, dans les rues, dans les lieux de réunion. Cela nécessite un système de représentation visuelle [6].

Dans ses mémoires, Marie Neurath évoque très sobrement l’épisode de l’Izostat [7]. Pleine d’enthousiasme, elle découvre l’URSS à l’hiver 1932/1933. Accueillie pompeusement au Grand Hôtel, l’équipe dispose de son propre bureau dans le bâtiment des éditions d’État, puis d’un espace plus grand où seront formées 75 personnes.

Représentation Isotype sur un mur* d’immeuble à Moscou vantant l’industrialisation du pays, photo dans la revue Prozhektor, 1934.
Ivan Petrovich Ivanitsky, Les statistiques picturales et la méthode viennoise, Izogiz, Moscou/Leningrad, 1932, couverture. Les œuvres Isotype sont souvent publiées sous le seul nom d’Ivanitsky, le directeur scientifique de l’équipe, côté soviétique.

Le designer du musée, Gerd Arntz, et l’artiste Peter Alma travaillent avec des graphistes locaux. Marie Reidemeister et Friedrich Bauermeister sont en charge de la transformation des données statistiques en graphiques et Otto Neurath est recruté en tant que directeur artistique. Ces personnes font, pour la plupart, des allers-retours entre Vienne et Moscou. Le collaborateur scientifique du groupe, Ivan Petrovich Ivanitsky, est lui-même un spécialiste de la visualisation de statistiques. Il intègre alors les principes de l’Isotype à ses visualisations.

Ivan Petrovich Ivanitsky, « Rattraper* et dépasser les pays capitalistes techniquement et économiquement avancés en 10 ans », 1931. Carte postale reproduisant un graphique comparant la production de charbon entre l’Union soviétique, la France et la Belgique. L’année 1931 montre une projection pour la seule Union soviétique.

L’Izostat est particulièrement productif et différentes expositions et publications voient le jour, notamment dans la Pravda et l’Izvestija. Entre mars et mai 1932 paraissent dans ce dernier journal la série « Chez eux et chez nous », à base de statistiques Isotype comparant des réalisations économiques entre l’URSS et d’autres pays. Des affiches et des albums célèbrent les 15 ans de l’Union soviétique et les deux premiers plans quinquennaux. Trois numéros du Carnet Iso de l’agitateur sont également illustrés d’Isotype.

Entre agitprop et terreur

Cependant, au fil des difficultés, l’enthousiasme de l’équipe viennoise se ternit. Outre les questions de financement et d’organisation, c’est un problème idéologique qui noircit le tableau. Depuis la révolution, la production artistique est étatisée et complètement centralisée depuis 1930 [8]. Si la propagande s’adresse à l’élite capable de s’approprier les théories socialistes, l’agitation s’adresse aux masses et cherche, par le truchement des médias, de la littérature, de l’éducation et des affiches, à les convaincre de la validité de la politique économique du parti. Le système Isotype semble servir exactement cette intention : il rend l’information accessible au plus grand nombre. L’Izostat dépend donc directement du comité exécutif central et l’équipe viennoise n’a aucune marge de manœuvre. Elle doit accepter la tutelle d’un « directeur rouge ». Le premier, le diplomate Eric Assmus, ancien premier secrétaire de l’ambassade d’Autriche, dirige l’Izostat de 1931 à 1933. Devenu ambassadeur de Finlande en 1935, il sera assassiné en tant que contre-révolutionnaire et espion en 1937, lors des grandes purges stalinienne. Le second, Konstantin (?) Komarovskij, subira un sort semblable.

L’œil du parti est donc partout et veille, en la personne du directeur de la méthodologie Avel Enukidze, à la conformité des productions. L’équipe n’a aucun droit de regard sur la source des statistiques qu’on lui fournit. Les graphiques, en toute contradiction avec les principes de l’Isotype, incluent des prévisions, astucieusement placées parmi les réalisations.

Ivan Petrovich Ivanitsky, The Struggle* for Five Years In Four, Moscou, Maison d’édition nationale des Beaux-arts, 1932. « Électrification de l’URSS » et « Production de chaussures de l’URSS », planches d’un portfolio de 64 cartons de graphiques Isotype célébrant le premier plan quinquennal, dont les objectifs auraient été atteints en 4 ans seulement. La dernière ligne représente les prévisions du plan pour 1932.

Tous les travers de l’information que cherche à désamorcer l’équipe du GWM avec sa méthode se retrouvent dans les productions moscovites : recours aux fioritures pour susciter l’émotion, message politique sous-jacent et, surtout, des données tronquées et fausses. À l’opposé de cette manipulation et de ce conditionnement, l’Isotype vise justement à faire émerger un esprit critique et éclairé.

La coopération avec l’Izostat s’arrêtera brutalement en 1934, sur un profond désaccord. À ce moment, le groupe doit fuir Vienne, tombée aux mains du régime totalitaire de Dollfuß, et se réfugier aux Pays-Bas, d’où il poursuit le travail pendant plusieurs mois. Moscou n’honora jamais ses dettes. L’institut fut par après intégré aux instances du Gosplan et poursuivit son travail de formation et de réalisation de matériel selon une méthode dénaturée, dans une visée de pure propagande et ce jusqu’en 1940.

On ne peut que spéculer sur les raisons qui ont poussé les gens de Vienne à continuer de travailler pour le régime stalinien. Il leur était impossible d’ignorer, ni l’ampleur de la grande famine de 1931-1933 provoquée par la collectivisation forcée des terres, ni les purges staliniennes. Marie Neurath dit même avoir été témoin de la lente ostracisation du constructiviste El Lissitzky quand le pouvoir a commencé à imposer le « réalisme soviétique » aux productions artistiques.

L’album, Illustrating* the State Organization and National Economy of the USSR réalisé par El Lissitzky, Alexander S. Grigorovich, Mikhail V. Nikolaev, Ivan Sautin et Ivan Ivanitsky en 1939 a été publié par l’Izostat à l’occasion d’une exposition à New York. Cet Isotype vante la collectivisation des terres, mesure du régime stalinien qui a provoqué les famines des années 1931-1933, notamment en Ukraine, faisant de 6 à 8 millions de victimes.

L’aventure laissa un goût amer à Marie Reidemeister et Otto Neurath. Venues pour enseigner les fondements de l’Isotype, il leur fallut assister à son détournement et subir la main-mise du pouvoir bolchévique sur leur travail. Après la Seconde Guerre mondiale, à cause de cet épisode soviétique et parce qu’il s’était engagé dans la première République des Conseils de Munich en 1919, Neurath fut taxé de communiste et l’historiographie autrichienne mit plusieurs décennies à s’intéresser à l’une des figures les plus intéressantes de Vienne la Rouge.

Restent du bref épisode de l’Izostat, le design novateur de l’Isotype insufflé à la visualisation de données soviétique à cette époque et des affiches qui témoignent de l’extraordinaire créativité d’artistes engagées qui, un court moment, ont cru à leurs rêves.

Alexandre Nikolajewitsch Samokhvalov*, affiche « Arrivée de V.I. Lénine à Petrograd 1917 », n.d.
Duke University Libraries.

Sources internet des images marquées avec un astérisque (*) :
Guminer
Affiches des années 1920 : wikirouge et cinema-depot
Pressa
mur
Ivanitsky, « Rattraper »
Ivanitsky, The Struggle
Album Illustrating : David Rumsey Map Collection
Samokhvalov

Nepthys Zwer


[1Voir l’exemple de la réformiste chrétienne Mary Van Kleeck dans Nepthys Zwer, L’ingénierie sociale d’Otto Neurath (1882-1945) (thèse), 2015, p. 202f.

[2Voir Alain Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification. L’argument statistique I et Gouverner par les nombres. L’argument statistique II, Paris, Presses de l’École des mines, 2008.

[3Sur l’activité de la VOKS (Gesellschaft für kulturelle Verbindung der UdSSR mit dem Ausland) et de l’ÖG (Österreichische Gesellschaft zur Förderung der geistigen und wirtschaftlichen Beziehungen mit der UdSSR), voir Verena Moritz, Julia Köstenberger, Aleksandr Vatlin, Hannes Leidinger et Karin Moser, Gegenwelten. Aspekte der österreichisch-sowjetischen Beziehungen 1918-1938, St. Pölten, Residenz Verlag, 2013.

[4El Lissitzky. L’expérience de la totalité, catalogue de l’exposition du Museo Picasso Málaga et al., Hazan, Malakoff, 2014, p. 18.

[5Sophie Lissitzky-Küppers, El Lissitzky. Maler Achitekt Typograf Fotograf. Erinnerungen Briefe Schriften. Übergeben von Sophie Lissitzky-Küppers, Dresde, Verlag der Kunst, 1967, p. 83.

[6Otto Neurath, « Bildstatistik nach Wiener Methode in der Sowjetunion » dans Moskauer Rundschau, Moscou, 19.6.1932. Trad. N.Z. Cette revue était destinée à un lectorat germanophone.

[7Le tapuscrit complet de ses mémoires a été consulté par l’autrice en 2019 aux archives de Haarlem/Pays-Bas.

[8En 1919, l’édition a été nationalisée avec la création de la maison d’édition d’État, la Gosizdat, qui deviendra l’OGIZ, l’Association des maisons d’édition de livres et de magazines d’État, en 1930. L’organisme est subordonné au Conseil des commissaires du peuple. À partir de 1931, l’Izogiz, la Maison d’édition nationale des Beaux-arts, prend en charge les publications artistiques. Le Narkompros, le Commissariat du Peuple à l’éducation, veille à la conformité des productions et expositions à l’idéologie du parti. La propagande culturelle vise non seulement la population de l’URSS, mais aussi les pays étrangers, ce qui explique les publications en anglais, allemand ou français et la participation du pays à de nombreuses expositions pour promouvoir un certain art graphique soviétique.


Bandeau : El Lissitzky, Alexander S. Grigorovich, Mikhail V. Nikolaev, Ivan Sautin et Ivan Ivanitsky, Illustrating the State Organization and National Economy of the USSR, Moscou, Scientific Publishing Institute of Pictorial Statistics (Izostat), 1939 (détail).

Si vous souhaitez utiliser cet article ou contacter l’autrice, vous pouvez vous adresser à contact@imagomundi.fr.

Ce code QR contient l’adresse web de cet article. Vous pouvez le scanner ou le photographier afin de le faire connaître.
 
qrcode:https://imagomundi.fr/article30.html

Contact

Adresse email

contact@imagomundi.fr