À la frontière franco-italienne...

Publié le 30 novembre 2023

Dans les Hautes-Alpes, le Briançonnais touche à l’est à la frontière franco-italienne. Si, l’hiver venu, la région est un véritable paradis du ski, son offre touristique vaut pour toutes les saisons. Une nature splendide, des attractions variées et un hébergement adapté à tous les budgets en font un haut lieu du tourisme. Son paysage est pourtant devenu le symptôme d’une inquiétante dissociation : Ici, on s’amuse et on meurt dans une étrange proximité. Car cette même région se trouve être le terrain d’exercice d’une dangereuse politique de répression à l’encontre des personnes en exil.

par Nepthys Zwer, historienne et contre-cartographe


La liste des victimes s’allonge d’année en année. Arrivées à Clavières, dernière ville sur le territoire italien, les personnes en migration tentent de traverser la frontière par la haute montagne. L’important dispositif policier et militaire les pousse à monter toujours plus haut, à prendre de plus en plus de risques. Épuisées, déshydratées, désorientées et peu familières de cet environnement, elles affrontent le froid et la neige. Les courses-poursuites entreprises par les forces de l’ordre provoquent des chutes parfois mortelles.

Border Forensics a enquêté sur la mort de la jeune Blessing Matthew en 2018, l’une des nombreuses victimes de la politique du non-accueil :

Les personnes arrêtées sont systématiquement reconduites en Italie. Ces refoulements illégaux font partie d’un dispositif de répression qui viole le droit des personnes, comme le détaille le rapport de TOUS MIGRANTS pour l’année 2022. Le fait est que les personnes refoulées reviendront les jours suivants et qu’elles finiront toutes par passer, quelques soient les moyens répressifs mis en œuvre. De Briançon, elles poursuivront ensuite leur route vers d’autres destinations.

La militarisation des frontières de l’UE coûte cher : 12,8 milliards d’euros sont et seront dédiés à la gestion des frontières et au maintien des infrastructures pour 2021-2027. La moitié de ce montant est réservé à Frontex. Pour la France, selon une estimation du site Basta, le coût du déploiement des forces de l’ordre se serait élevé à 376 millions d’euros en 2020, dont 188 millions pour la frontière italienne. À ce montant, il faut cependant ajouter les moyens affectés à la PAF, aux gendarmeries locales et militaires de l’opération Sentinelle, le coût d’acquisition du matériel de surveillance, du fonctionnement des centres de rétention, du maintien en zone d’attente, etc.

Nepthys Zwer


Image du bandeau : Mont Chaberton et piste de ski de Montgenèvre en été.
Photographie du bandeau et carte : Nepthys Zwer.
Si vous souhaitez utiliser cette carte ou contacter l’auteure, vous pouvez vous adresser à contact@imagomundi.fr.

Ce code QR contient l’adresse web de cet article. Vous pouvez le scanner ou le photographier afin de le faire connaître.
 
qrcode:https://imagomundi.fr/article67.html

Contact

Adresse email

contact@imagomundi.fr